Seul dans le brouillard, le bateau attend le rêveur...

Publié le par Philippe Laisné

Pourquoi sans cesse refuser de couper les amarres nous reliant au quai des ports visités par le voilier de notre vie, déjà reparti et emporté par les grands vents du large ?

HQ5I0303 - Copie

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article