LES « P’TITS BISOUS » DE YORI

Publié le par Philippe Laisné

LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI
LES « P’TITS BISOUS » DE YORI

Yori, un prénom pas vraiment de chez nous ? Yori, Bertrand de son nom, sent pourtant bon la Normandie et la Manche en particulier avec toute une histoire familiale à Sartilly. Des origines dans la baie du Mont, vous savez, celle où la mer remonte à la vitesse d’un "cheval au galop" lors des grandes marées. 

Yori, un p’tit mec, solide sur ses jambes, le bonnet vissé sur la tête, le sac sur le dos, le sourire aux lèvres et un talent fou d’acteur lorsqu’il s’agit de mettre en scène « sa » Baie, celle où il officie comme guide attesté. 

Un guide attesté, c’est quoi me direz vous. Un homme ou une femme, qui vous emmène, seul ou en groupe, pour traverser la plus belle baie que je connaisse, celle du Mont-Saint-Michel.

« Je suis tombé dedans quand j’étais petit », ose reconnaître Yori de retour d’une traversée mouvementée par un fort vent, de la pluie et une marée de 115 avec « 13,45 m de marnage », s’empresse-t-il d’ajouter avec les gestes adéquats et son inséparable bâton, pour expliquer la chose.

Bref, Yori, c’est une encyclopédie. Il connaît sa baie sur le bout des doigts : son histoire géographique avec ses plaques tectoniques qui se sont fait « des p’tits bisous » ;  ses rois et ses reines, ses moines et ses moniales qui ont occupé les lieux s’y battant, s’y disputant le droit d’y régner.

Il connaît tous les noms des oiseaux qui peuplent Tombelaine, le Mont et sa baie. Ils connaît les poissons et, en particulier, l’histoire du saumon, des huitres et des moules qui habitent les lieux. Intarissable ! Et quel plaisir de l’écouter.

Mais, Yori, c’est avant tout un guide aux petits soins des personnes qu’il emmène dans ses pas. A l’écoute de leurs questions dont il raffole ; de leurs maux lorsque les douleurs de la traversée apparaissent ; du temps qui joue les trouble-fête ; de la mer, dont il teste la velléité avant de laisser ses ouailles s’y engager. 

Guide attesté de la Baie du Mont-Saint-Michel : une pancarte qu’il porte sur son dos, comme ses collègues, fier d’en faire partie.

Dimanche, j’ai passé la journée avec Yori : je l’ai suivi, je l’ai regardé, je l’ai écouté et je lui ai fait confiance. Nous avons parcouru la Baie du Mont dans les deux sens : du Bec-d’Andaine au Mont et retour. Il y avait une marée de 115, un vent à « déconer » les mouettes, comme on dit ici. Mais quel plaisir de voir et d’écouter cet homme partager sa passion. 

Je suis cassé, j’ai mal aux jambes, j’ai les pieds en feu mais ce n’est rien par rapport à ce que cette traversée m’a apporté.

Merci Yori, elle est belle « ta » baie. Notre baie.

 

P. LAISNÉ.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article